Le roman

L’auteur explore son adolescence sous différentes facettes, dans un univers ancré à la fois dans la réalité et l’imaginaire : les paysages poétiques sont ceux de son enfance, la rencontre avec la jeune fille de ses rêves, Yvonne de Galais, s’inspire de ses rêveries pour une autre Yvonne, réelle, mais inaccessible.

Le charme de ce roman tient du banal et du merveilleux, d’un mélange de lieux mystérieux et de personnages énigmatiques, ainsi que de la sensibilité de l’adolescence et de la quête de l’absolu.

L’auteur, lui-même, définit l’aventure du Grand Meaulnes ainsi : “une histoire assez simple qui pourrait être la mienne”

Empreint de nostalgie et largement autobiographique, Le Grand Meaulnes est un roman sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte. L’espace romanesque est complètement rattaché au réel, bien que l’espace géographique ait été rétréci par l’auteur pour réunir tous les lieux de son enfance, chers à son coeur, la Sologne (haut-Cher où il est né) et la campagne Berrichonne au confins du Bourbonnais (bas-Cher où il a appris à lire et à écrire). Il mélange des noms authentiques et des noms fictifs pour citer les lieux et les personnages de l’histoire.

L’histoire se déroule à la fin du XIXème siècle, et débute à l’école de Sainte-Agathe (Epineuil Le Fleuriel, Cher, dans la réalité), où les deux principaux personnages suivent le Cours Supérieur qui forme les futurs instituteurs. Comme pour une chronique communale, l’auteur évoque le bourg, l’école surtout, les environs et plus largement les gens, les paysages et les activités de la Sologne.

Pour retrouver un résumé du roman, reportez vous à la page wikipédia “le Grand Meaulnes”
Vous pouvez consulter également le Patrimoine écrit des Bibliothèques de Bourges

Le roman